Marton Fucsovics trente-huit ans après Balazs Taroczy

Marton Fucsovics trente-huit ans après Balazs Taroczy

Le drapeau hongrois flotte à nouveau sur le Parc des Eaux-Vives. Trente-huit ans après le succès de Balazs Taroczy lors de la première édition du Martini Open, un joueur magyar a, à nouveau, raflé la mise. Marton Fucsovics a cueilli le premier titre de sa carrière à la faveur de son succès 6-2 6-2 face à Peter Gojowczyk en finale du tournoi Banque Eric Sturdza Geneva Open.

60e joueur mondial, Marton Fucsovics a survolé cette finale face à un adversaire qui n’a malheureusement pas évolué dans le registre qui avait été le sien contre Ivo Karlovic, David Ferrer, Andreas Seppi et Fabio Fognini. Trop irrégulier, l’Allemand n’a pas offert la réplique espérée. Mais sa semaine à Genève, sur une surface qui n’est pas sa préférée, restera sans aucun doute comme l’une des plus belles de sa carrière.

«Bourreau» impitoyable de Stan Wawrinka jeudi soir, Marton Fucosvics n’a toutefois rien volé. Le Hongrois fait un très beau champion avec ce jeu à plat qui régale les puristes. Champion juniors de Wimbledon en 2010, Marton Fucsovics a peut-être provoqué avec ce titre au tournoi Banque Eric Sturdza Geneva Open le déclic qu’il espérait depuis bien des années. Les 250 points ATP qui récompensent son succès lui permettront de passer de la 60e place du classement ATP à la 45e environ. Un rang qui lui assure désormais de disputer tous les tournois Masters 1000. De jouer enfin dans la cour des grands en quelque sorte.

La finale du double est revenue à Oliver Marach et à Mate Pavic. Têtes de série N°1 du tableau, l’Autrichien et le Croate se sont imposés 3-6 7-6 (3) 11-9 face à Ivan Dodig et Rajeev Ram (N°2). Marach-Pavic ont remporté à Genève un cinquième titre depuis le début de leur partenariat en mars 2017 à Miami. Le plus beau fut bien sûr le sacre à l’Open d’Australie en janvier dernier.

Ce n’est peut-être pas une finale de rêve à laquelle on assistera ce samedi après-midi, mais c’est bien une finale qui promet ! Les outsiders Peter Gojowczyk et Marton Fucsovics se sont hissés à la force des bras en finale de cette quatrième édition du tournoi Banque Eric Sturdza Geneva Open.

Sous un soleil de plomb, les spectateurs ont assisté à une belle victoire de l’Allemand Peter Gojowczyk en début d’après-midi, face à la tête de série N°2 Fabio Fognini. L’Italien, apparemment touché au mollet, n’a pas fourni tous les efforts nécessaires pour tenter de rejoindre une finale qui lui tendait pourtant les bras. Peter Gojowczyk, 49e joueur mondial, rencontrera demain un autre outsider en la personne de Marton Fucsovics. Le Hongrois de 26 ans a eu raison de l’Américain Steve Johnson en trois sets (2-6 6-4 6-1). Ce dernier avait pourtant toutes les cartes en main pour atteindre enfin la finale du tournoi genevois qu’il convoite depuis maintenant trois ans. Le Californien menait en effet 6-2 3-0 avant que Marton Fucsovics ne renverse complètement la situation et remporte dix jeux sur les onze suivants. Le Hongrois, classé 60e à l’ATP, se hisse ainsi pour la première fois de sa carrière en finale d’un tournoi.

Mauvaise journée pour Steve Johnson
L’Américain avait deux chances d’atteindre une finale du tournoi Banque Eric Sturdza Geneva Open. En effet, à peine sorti du Central où il venait de perdre contre Marton Fucsovics, Steve Johnson rejoignait le Court N°1 où il retrouvait son compatriote Sam Querrey pour affronter les têtes de série N°2 du tournoi, Ivan Dodig et Rajeev Ram. Après avoir raté le tie-break du premier set de justesse, le duo de Yankees n’a pas su trouver les clés pour remonter. Logique respectée également sur le Central où les N°2 mondiaux Mate Pavic et Oliver Marach ont battu Robert Lindstedt et Andrei Vasilevski. Finale de rêve donc entre les deux grands favoris de ce tableau de double !

Coup de «Marton» !

Coup de «Marton» !

Stan Wawrinka ne défendra pas son titre du tournoi Banque Eric Sturdza Geneva Open samedi. Il a subi la loi du Hongrois Marton Fucsovics ce soir et n’a pas su trouver les clés pour sortir la tête de l’eau.

Si le soleil était de retour au Parc des Eaux-Vives en cette avant-dernière journée de tournoi, celui-ci n’a malheureusement pas souri aux Suisses. Dans l’après-midi, c’est tout d’abord le duo 100% Genevois qui s’est incliné face à Robert Lindstedt et Andrei Vasilevski (7-6 (5) 3-6 12-10). Malgré une belle bataille – les jeunes talents helvétiques n’ont rien lâché ! –, l’expérience de leurs adversaires a fait la différence. Haut les cœurs toutefois, Antoine Bellier et Johan Nikles ont prouvé qu’ils n’avaient rien à envier aux meilleures paires du monde, ne s’inclinant qu’au super tie-break après avoir même eu une balle de match en leur faveur.

Après une très bonne performance tard mercredi soir, Stan Wawrinka n’a pas su renouveler l’exploit. Le Vaudois était hélas un ton en dessous, la faute incombant il est vrai surtout à son adversaire, Marton Fucsovics, qui n’a donné aucun point ou presque, et peut-être aussi à une condition physique encore imparfaite. Ou encore aux doutes présents dans la tête du double tenant du titre du Banque Eric Sturdza Geneva Open après sa longue absence des courts.

Stan Wawrinka n’est pas la seule tête de série du tournoi qui est tombée. Plus tôt ce matin, Sam Querrey (N°1) quittait le Central la tête basse après sa défaite contre l’Argentin Guido Pella. Seuls Steve Johnson (N°6), auteur d’un exploit aujourd’hui, celui de remporter ses deux matches (et de venger du même coup son pote Sam Querrey !), et Fabio Fognini (N°2) sont encore dans la course pour le titre. La porte pour la finale reste donc grande ouverte pour les outsiders que sont Peter Gojowczyk (ATP 49) et Marton Fucsovics (ATP 60).

103 jours d’attente

103 jours d’attente

Un grand Stan Wawrinka et un Fabio Fognini pleinement concentré: commencée sous la pluie, la journée de mercredi du tournoi Banque Eric Sturdza Geneva Open s’est terminée en apothéose avec la qualification pour les quarts de finale des deux têtes d’affiche.

Fabio Fognini s’est imposé 6-7 (5) 6-2 6-2 devant le qualifié Noah Rubin. L’Italien a su parfaitement rebondir après la perte du premier set. Avec cette détermination, il a rappelé qu’il était venu à Genève avec le seul objectif de remporter le tournoi. Il entend donc faire un pas de plus vers cette quête ce jeudi face à Tennys Sandgren.

Entré sur le court à 21h14, Stan Wawrina a su se montrer expéditif pour retrouver le chemin de la victoire après une longue attente de 103 jours. Ce succès 6-3 6-4 sur Jared Donaldson est le neuvième de rang que le double tenant du titre cueille sur la terre des Eaux-Vives. On espère le dixième ce jeudi contre Marton Fucsovics. «Cela fait longtemps que je n’ai pas enchaîné deux matches de suite, rappelle Stan Wawrinka. On verra bien comment je vais gérer ce deuxième match en moins de vingt-quatre heures.»

Un petit tour et puis s’en va…

Un petit tour et puis s’en va…

19h40, tout pile. Suite aux grosses averses qui s’abattent sur le site du tournoi Banque Eric Sturdza Geneva Open, la décision est prise d’annuler les matches de la soirée, et notamment celui de Stan Wawrinka face à Jared Donaldson.

Auparavant, le soleil brûlant de l’après-midi n’aura pas porté chance aux Ibériques. Les têtes de série N°4 et 5 auront ainsi fait long feu au. En effet, les Espagnols Albert Ramos-Vinolas et David Ferrer ont été largement battus en cette troisième journée de compétition.

C’est tout d’abord Albert Ramos-Vinolas qui a subi la loi du Hongrois Marton Fucsovics. Le Barcelonais n’a pu marquer que trois petits jeux avant de prendre la porte de sortie: 1-6 2-6 en 1h20 de match ! Suivant l’exemple malheureux de son compatriote, c’est ensuite David Ferrer, quelques heures plus tard, qui se fait éliminer sèchemment par l’Allemand Peter Gojowczyk. L’ancien numéro 3 mondial n’a pas su trouver les clés face à son adversaire et son redoutable service, enchaînant les erreurs directes pour finalement s’incliner 2-6 4-6.

A noter la belle victoire de Steve Johnson en deux sets contre Marius Copil, ainsi que celle du Tchèque Lukas Rosol face à son compatriote Jiri Vesely. Après avoir effacé deux balles de match dans le tie-break du 2e set, le joueur de 32 ans a pu laisser éclater sa joie au terme du jeu décisif de la dernière manche.